2017 - Qu'est-ce que la Cabane Métamentale ?

Des origines de la CABANE METAMENTALE

C’est en re-découvrant le texte Hétérotopias de Michel Foucault en 2015 que j’ai souhaité créer un environnement Hétérotopique sous la forme d’une cabane en paille transformée en studio son. Les premiers enregistrements sonores ont eu lieu à Bourges lors des rencontres Bandits Mages en novembre 2016.
La Cabane Métamentale est donc quasiment l’application point par point du texte de Michel Foucault (ci dessous). Dans la question du rapport au temps et à l’espace mais surtout au lieu lui même.
Ici lieu de paroles libérées, tel que le concevait Armand Gatti dans ses interventions théâtrales en prison.
Paroles poétiques ou plutôt paroles poétisées par un effet que je qualifierais d’ hétérotopique. État d’être dans un dehors et un dedans sans séparation réelle.
Etat que je considère comme de conscience de soi et d’attention aux autres.
La Cabane Métamentale fait ressurgir des états Pré mentaux ou état pré-individuel tel que le philosophe Gilbert Simondon en parlait, où la parole et le corps s’associent dans une forme d’introspection inséparée du monde, où temps et espace se confondent en un seul lieu.

Philippe Zunino juillet 2017


HETEROTOPIAS (1967)

Il y a d'abord les utopies. Les utopies, ce sont les emplacements sans lieu réel. Ce sont les emplacements qui entretiennent avec l’espace réel de la société un rapport général d'analogie directe ou inversée.
Il y a également, et ceci probablement dans toute culture, dans toute civilisation, des lieux réels, des lieux effectifs, des lieux qui ont dessinés dans l'institution même de la société, et qui sont des sortes de contre-emplacements, les jardins, les lieux sanctuarisés, le théâtre, la poésie, le reflet du miroir….
Ces lieux, parce qu'ils sont absolument autres que tous les emplacements qu'ils reflètent et dont ils parlent, je les appellerai, par opposition aux utopies, les hétérotopies.
Par exemple le miroir fonctionne comme une hétérotopie en ce sens qu'il rend cette place que j'occupe au moment où je me regarde dans la glace, à la fois absolument réelle, en liaison avec tout l'espace qui l'entoure, et absolument irréelle, puisqu'elle est obligée, pour être perçue, de passer par ce point virtuel qui est là-bas.
L'hétérotopie a le pouvoir de juxtaposer en un seul lieu réel plusieurs espaces, plusieurs emplacements qui sont en eux-mêmes incompatibles. C'est ainsi que le théâtre fait succéder sur le rectangle de la scène toute une série de lieux qui sont étrangers les uns aux autres; c'est ainsi que le cinéma est une très curieuse salle rectangulaire, au fond de laquelle, sur un écran à deux dimensions, on voit se projeter un espace à trois dimensions; mais peut-être est-ce que l'exemple le plus ancien de ces hétérotopies, en forme d'emplacements contradictoires, l'exemple le plus ancien, c'est peut-être le jardin. Il ne faut oublier que le jardin, étonnante création maintenant millénaire, avait en Orient des significations très profondes et comme superposées. Le jardin traditionnel des persans était un espace sacré qui devait réunir à l'intérieur de son rectangle quatre parties représentant les quatre parties du monde. Le jardin, c'est la plus petite parcelle du monde et puis c'est la totalité du monde. Le jardin, c'est, depuis le fond de l'Antiquité, une sorte d'hétérotopie heureuse et universalisante.

Michel Foucault. Des espaces autres (1967), Hétérotopies.